Est-ce que je tue vraiment des orangs-outans en mangeant du Nutella? 🤔

J’imagine que, comme moi, vous avez vu passer des publications sur les réseaux sociaux pour vous inviter à boycotter le Nutella qui, selon les dires de ces publications, participerait grandement à la destruction des forêts tropicales et, par le fait même, entraînerait la mort de milliers d’orangs-outans par l’utilisation d’huile de palme comme l’un des principaux ingrédients du produit. Évidemment, étant toujours un peu sceptique face aux publications usant de sensationnalisme sur les réseaux sociaux (et étant assez fan de Nutella, dois-je avouer!), je me suis dit que j’allais investiguer pour savoir si ces rumeurs étaient bien fondées. J’aime le Nutella, mais j’aime encore plus la planète et les orangs-outans! Donc, voici les résultats de mes petites recherches maison.

*** La Maudite Nutritutrice a rédigé ce texte de manière 100% indépendante, sans rémunération ou influence de quelconque compagnie.

S’il y a bien une chose que je constate de plus en plus concernant le domaine agroalimentaire durant les dernières années, c’est que ça devient de plus en plus facile de pointer du doigt les entreprises de ce secteur pour les accuser d’à peu près tous les maux de la planète. C’est de la faute au McDo! C’est de la faute à Nestle! C’est de la faute à Coca-Cola! C’est de la faute aux agriculteurs! C’est de la faute à Ferrero (la compagnie italienne qui produit le Nutella)! Je ne dis pas que tous ces joueurs n’ont pas de responsabilités concernant les problèmes environnementaux ou même, pour certains, des problèmes de santé publique. Je dis simplement qu’on est arrivé à un stade où on les blâme sans réfléchir à la question et sans relativiser le tout. Oui, le but principal d’une entreprise est de faire de l’argent et c’est vrai que certaines en font sans se soucier des conséquences négatives qui en résultent. Par contre, les leaders de ces entreprises ne sont pas tous de pauvres imbéciles sans cœur et, même pour ceux qui le sont, s’ils ont un peu de jugeote et pensent en termes d’impacts marketing d’une mauvaise presse, ils savent bien que ce n’est pas à leur avantage de faire le front du Times magazine avec une famille d’orangs-outans qui tente de se sauver des flammes d’une forêt tropicale ravagée par la dite compagnie 💔. Bon, je sais que des épais, il en existe (genre à toupet blond, face orange… je dis ça de même, je ne vise personne 🤞🤭 ), mais ne mettons pas tout le monde dans le même panier.

Donc, qu’en est-il de la compagnie Ferrero et du Nutella? Je dois avouer avoir été vraiment touchée par la vidéo de Greenpeace qui montre un bébé ourang-outan qui n’a nulle part où aller après que sa famille et son habitat aient été détruits et se retrouve donc dans la chambre d’une petite fille qui n’est pas consciente que les produits qu’elle consomme et qui contiennent de l’huile de palme sont la source de cette destruction.

Donc, on comprend que c’est l’huile de palme contenu dans le Nutella qui est pointée du doigt.

Qu’est-ce que contient le Nutella au juste?

Voici ce qu’on retrouve dans la liste d’ingrédients fournis par Ferrero: Sucre, huile de palme, noisettes, lait écrémé en poudre, cacao maigre, émulsifiants (lécithines) et vanilline.

Bien que le Nutella soit très riche en gras et en sucres, il reste que la liste des ingrédients est plutôt courte et on y retrouve peu d’additifs. En fait, il y en a 2 : les lécithines et la vanilline. Les lécithines sont obtenues à partir d’huile de soja et de graines de tournesol et servent à émuslifier le produit, donc à bien le mélanger. Pour ce qui est de la vanilline, il s’agit d’un arôme qu’on retrouve naturellement dans une substance contenue dans les gousses de vanille. Toutefois, puisque la production des gousses de vanille ne suffit pas à répondre à la demande mondiale croissante, les fabricants du secteur agroalimentaire la remplacent parfois par de la vanilline de synthèse2.

C’est un produit gras et sucré qui contient très peu de protéines mais, en quantité limitée, il n’y a rien de si alarmant. Personne ne va mourir en mangeant une toast au Nutella un matin ou en collation occasionnelle. Ce ne sera pas très nourrissant ni soutenant mais, parfois, ça fait juste du bien au bedon. Ne le faites pas tous les jours par contre 🙃 !

On a vu que l’huile de palme était en 2e position des ingrédients. L’ordre n’est pas aléatoire, les ingrédients sont placés en ordre de poids, du plus lourd au plus léger. Autrement dit, c’est vrai que le Nutella contient une bonne part d’huile de palme (et encore plus de sucre!).

Quels sont les problèmes environnementaux qui sont reliés à l’huile de palme?

L’huile de palme est une huile végétale extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile. C’est une huile qui est largement utilisée dans le secteur agro-alimentaire (chips, biscuits, mayonnaise, chocolat, plats préparés, etc.), mais aussi dans le secteur des cosmétiques (shampoing, mascara, fond de teint, mousse à raser, etc.) et le secteur de l’énergie, entre autres pour les agrocarburants. Selon Greenpeace, on estime qu’environ la moitié des produits présents en supermarché contient de l’huile de palme ou des produits dérivés de l’huile de palme3. Le Nutella est donc une goutte dans l’océan de la production d’huile de palme.

Le problème avec la fabrication de cette huile, c’est qu’une méthode qui a beaucoup été utilisée à partir des années 90 a été de brûler des grandes parties de fôrets pour y planter des palmiers à huile. Selon le National Geographic, entre 1990 et 2010, ce sont 8,7 millions d’hectares de forêts qui ont été rasés pour la culture de palmiers à huile 4. Bien sûr, ça veut aussi dire la destruction de l’habitat de beaucoup d’animaux, dont celui des orangs-outans 😔.

Devant ce constat, plusieurs organismes, dont Greenpeace, se sont indignés (heureusement) et ont demandé aux multinationales de changer leur procédé et de rendre des comptes à la population. Ils ont demandé de leur part un plan d’action d’urgence nommé « Zéro déforestation » dans lequel les grandes entreprises s’engageraient, d’ici 2020, à n’utiliser que de l’huile de palme « Zéro déforestation » et de rendre publique la liste de leurs fournisseurs pour la traçabilité de leurs produits. Autrement dit, on veut savoir d’où l’huile provient et comment elle est fabriquée.

Mais, est-ce que c’est vraiment possible de produire de l’huile de palme sans détruire des forêts?

Puisque je ne suis pas une spécialiste du domaine, encore une fois, j’ai été vérifier sur le site de Greenpeace pour voir si on se faisait dire n’importe quoi par les multinationales qui prétendent que leur huile de palme est fabriquée sans détruire des forêts. Éternelle sceptique que je suis. J’ai été surprise de constater qu’effectivement, c’était possible. Voici ce que j’ai trouvé comme information :

« Oui, il est possible de produire de l’huile de palme qui ne contribue pas à la déforestation : si une entreprise productrice d’huile de palme applique rigoureusement une méthodologie scientifique précise appelée High Carbon Stock (HCS) pour ses nouvelles concessions alors elle produira de l’huile de palme qui n’aura pas contribué à la déforestation. L’approche High Carbon Stock est la seule méthodologie permettant de mettre en oeuvre sur le terrain les engagements “Zéro Déforestation” pris par les industriels.3 »

Maintenant, la question qui demeure est : Qu’en est-il de la compagnie Ferrero et de son Nutella?

Les engagements de Ferrero et de son Nutella

Après s’être fait grandement critiquer par Greenpeace et d’autres organismes de défense de l’environnement, Ferrero a pris des engagements pour n’utiliser que de l’huile de palme durable et pour garantir la traçabilité de l’huile utilisée. La compagnie n’utilise que de l’huile de palme certifiée 100% RSPO de type ségrégé qui est une certification d’huile de palme durable et traçable (on sait d’où elle provient).

Peut-être avez-vous entendu parler d’une publication de Greenpeace au printemps 2018 qui dénonçait le manque de transparence de certaines multinationales concernant la provenance de leur huile de palme et Ferrero en faisait partie. Rapidement, la compagnie a réagi en publiant la liste des 116 moulins qui leur fournissent l’huile de palme pour leur Nutella (voir la liste en cliquant ici ). Greenpeace a d’ailleurs rapidement  salué l’initiative.

Par contre, question de nous mêler un peu, toujours en fouinant sur le site Internet de Greenpeace, j’ai découvert que la certification RSPO détenue par Nutella (certification dont je vous parlais ci-dessus) n’était pas pour autant une garantie de l’absence de déforestation selon les critères de Greenpeace. Pour eux, « seule l’approche High Carbon Stock (HCS) permet de couper le lien entre déforestation tropicale et production d’huile de palme3 ». J’ai donc dû investiguer un peu plus pour savoir si Ferrero était réellement engagé dans un procédé « Zéro déforestation » ou non.

Je n’ai pas trouvé l’information concernant l’utilisation ou non de l’approche High Carbon Stock par Ferrero. MAIS! J’ai trouvé plein d’autres choses. J’ai appris que Ferrero avait développé une Charte sur l’Huile de palme5 dans laquelle les engagements suivants avaient été pris, soit que leurs fournisseurs doivent :

  1. Fournir une huile entièrement traçable, tout en incluant les petits cultivateurs.
  2. Ne pas défricher les forêts riches en carbone.
  3. Ne pas brûler les terres pour les défricher.
  4. Ne pas planter sur des sols tourbeux.
  5. Protéger les orangs-outans et autres espèces menacées en préservant des zones à haute valeur de conservation.
  6. Calculer et publier les émissions de gaz à effet de serre issues de leur production.
  7. Respecter les droits de l’homme, y compris le droit de FPIC – Free, Prior, and Informed Consent – (consentement libre, préalable et éclairé) des communautés autochtones et locales.
  8. Reconnaître, respecter et renforcer les droits des travailleurs.
  9. Ne pas utiliser de paraquat (pesticide).
  10. Lutter activement contre la corruption.

Comment Ferrero peut-il savoir que leurs fournisseurs respectent ces engagements?

Ferrero utilise un système de vérification par satellite pour surveiller les plantations de leurs fournisseurs. Il s’agit d’un partenariat avec Airbus Defense & Space, TFT et SarVision. Ces partenaires ont comme mandat de faire les vérifications via radars et imagerie optique et d’alerter Ferrero en cas de non-respect des engagements. Plus la zone est considérée comme étant à risque, plus la surveillance est serrée. TFT, qui est une organisation internationale à but non lucratif, travaille sur le terrain pour s’assurer du respect des engagements environnementaux et sociaux de la compagnie. Les évaluations faites doivent être publiées tous les 6 mois.

Que pense Greenpeace des engagements de Ferrero?

On a beau lire tout ça, on peut quand même se demander si ce n’est que du blabla de messieurs en cravate ou si ces engagements sont réellement mis en œuvre. Dans une analyse publiée en 2016 par Greenpeace, 14 multinationales ont été évaluées en fonction des critères suivants : l’approvisionnement responsable, la transparence de la compagnie, la participation à la réforme de l’industrie et la fin de la déforestation (pour voir plus en détails ce que ces critères impliquaient et quelles sont les résultats des autres compagnies, vous pouvez visiter la « scorecard » ici).

Ferrero a obtenu d’excellents résultats concernant la fin de la déforestation, des bons résultats concernant l’approvisionnement responsable et la participation à la réforme de l’industrie, mais des résultats moins bons (point orange = entre promesses non respectées et « en voie de ») concernant la transparence de l’entreprise. Toutefois, comme je l’ai déjà mentionné ci-dessus, depuis la publication de ce rapport, Ferrero a publié la liste de ses fournisseurs, donc cette lacune a été corrigée.  

Autrement dit, malgré toutes les rumeurs qui circulent, Ferrero, donc le Nutella, est définitivement beaucoup plus sur la bonne voie pour améliorer la santé de la planète, des animaux et la qualité de vie des travailleurs que plusieurs autres compagnies dont on n’entend même pas parler! Ce n’est certainement pas parfait, mais les efforts y sont.

Pourquoi même Greenpeace recommande de ne pas boycotter l’huile de palme?

En publiant un « teaser » de ce texte-ci sur ma page Facebook sans toutefois dévoiler l’entièreté du contenu qu’on allait y retrouver, j’ai rapidement eu des réponses qui ne m’ont pas vraiment surprise du genre : moi je prends telle marque à la place, c’est sans huile de palme (en sous-entendant, je crois, que c’est mieux que le Nutella…pas au niveau nutritif, ça je crois que les gens ont compris ce bout-là (du chocolat, c’est du chocolat), mais au niveau de l’environnement et de la santé animale). C’est donc la raison pour laquelle je trouve ça vraiment important de partager le message de Greenpeace à ce sujet. Le voici :

Greenpeace ne préconise pas le boycott des produits contenant de l’huile de palme. Nous ne souhaitons pas éliminer l’huile de palme, nous souhaitons éliminer l’huile de palme qui a engendré la destruction de forêts tropicales et de tourbières. C’est la raison pour laquelle les entreprises consommatrices d’huile de palme doivent identifier avec précision la provenance de l’huile de palme qu’elles achètent et exclure les fournisseurs qui se rendent coupables de déforestation. Par ailleurs, la substitution de l’huile de palme par une autre huile végétale ne serait pas sans conséquences sur la forêt et l’environnement et doit donc être envisagée avec précaution.”

Donc, en pensant bien faire en achetant un produit sans huile de palme, mais avec, par exemple, de l’huile de tournesol, on ne fait pas un meilleur choix finalement (je parle toujours du point de vue environnemental et non nutritif).

C’est important de comprendre que chaque huile végétale a ses avantages et inconvénients. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’huile de palme est largement utilisée.

Avantages de l’huile de palme :

  • Elle est solide à température pièce (donc elle n’a pas besoin d’être hydrogénée, procédé qui crée des gras trans nocifs pour la santé).
  • Elle est très stable, ce qui fait en sorte qu’elle ne rancit pas facilement.
  • Sa production coûte moins cher que les autres huiles végétales.
  • Le point le plus important : l’huile de palme a un très bon rendement, c’est-à-dire qu’on a besoin de peu d’hectares de terres pour produire beaucoup. Les autres cultures oléagineuses (plantes qui servent à produire des huiles végétales) demandent jusqu’à 9 fois plus de terres pour la même production 6!

Pour vous donner une idée de grandeur, les palmiers à huile représentent 35 % de toute l’huile végétale produite dans le monde (c’est beaucoup!), mais ils ne représentent que 10 % des terres qui produisent de l’huile végétale et seulement que 0,4 % de la déforestation globale 6. Surprenant, n’est-ce pas? Personnellement, ça me remet l’ego à la bonne place et ça me fait réaliser que j’ai pris des choses pour acquis pendant longtemps sans approfondir la question. Huile de palme, je t’ai mal jugée! Bon, il demeure que, si je regarde du côté nutritif, l’huile de palme contient des gras saturés qui sont mauvais pour la santé mais, c’est tout de même mieux que des gras trans et, de toute façon, mes préjugés concernaient plus le côté environnemental de la chose et non le côté nutritif.

Qu’est-ce qu’on conclue de tout ça?

Évidemment, je n’encourage pas la consommation de Nutella ni de quelconque tartinade au chocolat. Je ne les classe pas non plus dans la catégorie des aliments diaboliques interdits, car vous savez qu’avec moi, il n’y en a pas d’interdits. Le Nutella, tout comme toutes les formes de tartinades au chocolat, peuvent faire partie d’une saine alimentation quand on est capable de doser les quantités et la fréquence à laquelle on en consomme.

Ce que je voulais vraiment faire ressortir de ce texte, c’est plutôt à quel point on se laisse souvent influencer par ce qui est partagé comme informations ici et là sans trop se questionner sur la véracité de ces informations. Ferrero a définitivement ses torts et a fait longtemps partie (comme plusieurs autres entreprises d’ailleurs) de l’industrie qui participait à la destruction des forêts tropicales et, indirectement, à la mort des ourangs-outans. Par contre, la compagnie a maintenant pris un virage qui, selon moi, mérite qu’on cesse de répandre des informations qui sont devenues fausses avec les années.

Personnellement, je préfère encourager une compagnie qui a prouvé sa bonne volonté, qui s’est engagé à protéger les forêts tropicales et les animaux qui y vivent et qui rend publiques ses méthodes de fabrication plutôt que d’autres entreprises qui n’ont pas encore eu à le faire puisqu’elles n’ont pas encore été pointées du doigt, mais dont on ne connaît pas la provenance des ingrédients qui composent leurs produits et qui peuvent causer des dommages environnementaux importants (et tuer des animaux) sans qu’on en soit informé, parce qu’on est encore trop concentré à répandre de vieilles rumeurs au lieu de se concentrer sur la réalité actuelle.

Mais ça, c’est mon opinion, vous n’êtes pas obligé de la partager! 😉

P.S. : Maintenant que tu as lu ce texte, que je te vois encore partager la photo d’un orang-outan maltraité avec un pot de Nutella! 😠😜

Abonnez-vous gratuitement!

Sources :

  1.  Ferrero. |En ligne | : https://www.ferrero.fr/nutella Page visitée en août 2019.
  2. Nutella. | En ligne| : https://parlons-qualite.nutella.com/fr/la-vanilline-de-nutella Page visitée en août 2019.
  3. Greenpeace. | En ligne | : https://www.greenpeace.org/canada/fr Page visitée en août 2019.
  4. The National Geographic. | En ligne | : https://www.nationalgeographic.fr/environnement/ce-quil-faut-savoir-sur-lhuile-de-palme Page visitée en août 2019.
  5. Charte sur l’Huile de palme de Ferrero. | En ligne | : https://www.ferrerocsr.com/fc-2912/Ferrero-lance-sa-Charte-sur-l%E2%80%99Huile-de-Palme?lang=FR Page visitée en août 2019.
  6. Radio-Canada. | En ligne | : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1109782/forets-production-huile-palme-biodiversite-uicn Page visitée en août 2019.
Suivez-nous! Partagez l'article avec vos amis sur Facebook!

Testicules, cerveau et yeux? Que contiennent vraiment les saucisses?

« Tu sais que, dans ta saucisse, il y a des yeux, des testicules et tous les restants de l’animal broyé », «tu vas mourir si tu manges ça, c’est bourré de produits chimiques » …les rumeurs sont nombreuses concernant les saucisses! Qu’est-ce qui est vrai dans tout ça? Bien sûr, il faut en prendre et en laisser.

Le classique hot-dog sur le BBQ l’été, entouré d’amis autour d’une piscine ou près d’un lac, avouez que c’est le bonheur! Bon…c’est sûr que c’est plus l’ambiance que le haut niveau de gastronomie qui nous met le sourire aux lèvres! 😆 Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand je mange un hot-dog, j’essaie de ne pas penser à ce que je mange vraiment. Je mets un extra moutarde et je savoure sans réfléchir. Je suis certaine que vous êtes plusieurs à vous reconnaître dans ça! Par contre, peut-être êtes-vous dans le « team ketchup ». Si c’est le cas, je vous accepte quand même, mais je tiens à vous dire que je trouve que vos goûts sont à discuter! Haha!

Donc, question d’en avoir le cœur net, on va regarder ce que contiennent vraiment les saucisses. Évidemment, toutes les saucisses ne s’équivalent pas. Les saucisses faites maison ne contiennent pas nécessairement les mêmes ingrédients que les saucisses commerciales et ça va de soi que les saucisses végées n’ont rien à voir avec les saucisses de viandes. Pour éviter de s’éparpiller, je vais me concentrer sur les saucisses commerciales à base de viande, celles qu’on mange le plus souvent dans nos hot-dogs ou qu’on fait griller sur un feu de camp.

Restants de viandes, oui ou non?

Quand on dit que les saucisses contiennent les « restants de viande », c’est un peu vrai. En fait, c’est parce qu’on utilise la viande plus coriace qui est restée collée aux os de l’animal. Pour éviter de gaspiller cette partie, on en fait des saucisses. Qui aurait cru que vous participiez à diminuer le gaspillage en mangeant des saucisses! Évidemment, pour une faire saucisse commerciale, on ne doit pas s’attendre à ce que ce soit un boucher qui coupe précisément la viande collée aux os pour la récupérer, ça coûte trop cher et ça prend trop de temps. On le fait plutôt de manière mécanique. On prend les carcasses sur lesquelles se trouve la viande, on broie le tout, on y ajoute de l’eau et, par tamisage sous pression, on réussit à récupérer la viande. Vous comprendrez que, en utilisant cette technique, de minuscules morceaux d’os se retrouvent dans la viande, mais rien pour risquer de s’étouffer (< 2 mm)1. Ce procédé est réglementé par l’Agence canadienne d’inspection des aliments pour s’assurer de l’innocuité du produit.

Contient ou contient pas?

Si vous croyez ne consommer que les muscles de l’animal en mangeant une saucisse, détrompez-vous. C’est vrai que les saucisses contiennent certaines parties des animaux qui sont peu appétissantes, mais pas toutes les parties que les rumeurs veulent bien nous faire croire. En plus, tout est relatif. Pour certaines personnes, le fait de consommer, par exemple, le cœur de l’animal n’a rien de dégoûtant et, pour d’autres, ce l’est. Encore une fois, l’Agence canadienne d’inspection des aliments encadre le tout et s’assure que les saucisses vendues au Canada ne contiennent que ce qu’elles ont le droit de contenir.

Ce qu’elles peuvent contenir :

  • Musculature
  • Cœur
  • Langue
  • Œsophage
  • Gésier (poulet)
  • Sang

Ce qu’elles ne peuvent pas contenir :

  • Organes génitaux
  • Poumons
  • Lèvres
  • Yeux
  • Oreilles
  • Rate
  • Pis
  • Crâne
  • Moelle épinière

Les abats qui sont permis sont retrouvés dans la liste des ingrédients soit sous leur propre nom ou regroupés sous le nom « sous-produits de la viande ». Personnellement, ces sous-produits de la viande ne m’inspirent pas beaucoup mais, en même temps, je ne suis pas sûre que je suis prête à dire adieu à mes hot-dogs occasionnels! Comme solution, je vous dirais que, quand on trouve la bonne saucisse de tofu, on constate que le goût est assez semblable aux saucisses ordinaires! J’ai déjà fait le coup à mon père et il n’y a vu que du feu! 🤭 Donc, pour ceux et celles que je viens de traumatiser avec mes sous-produits de la viande, il vous reste toujours cette option!

Additifs

Pour que tout ça puisse avoir un goût et une couleur acceptables, des additifs sont ajoutés aux saucisses. On les ajoute aussi pour la conservation. Les nitrites sont probablement les additifs dont on se méfie le plus, car on soupçonne qu’ils se transformeraient en nitrosamines lorsqu’ils entrent en contact avec certaines protéines de la viande. Des études ont démontré que les nitrosamines étaient des substances cancérigènes pour les animaux, ce qui nous pousse à croire qu’ils pourraient aussi l’être pour l’humain. Par contre, la vitamine C pourrait diminuer la formation de ces nitrosamines et c’est la raison pour laquelle on en ajoute à certaines saucisses (vous pouvez trouver la vitamine C sous le nom d’acide ascorbique dans les ingrédients). Je vous conseillerais de consommer des aliments riches en vitamine C lorsque vous mangez des saucisses, comme des poivrons, du brocoli, des pois mange-tout, des fraises, des kiwis ou des agrumes. De toute façon, je crois que ce n’est un secret pour personne que les saucisses ne sont pas ce qu’il y a de plus nourrissant, donc de les accompagner de fruits et légumes, c’est assurément une bonne idée, nitrites ou pas!

Que ce soit dû à la transformation de nitrites en nitrosamines ou pas, les saucisses ont tout de même été classées comme étant cancérigènes par l’Organisation mondiale de la santé. Elles font partie de la catégorie des viandes transformées qui augmentent le risque de cancer colorectal et possiblement de cancer de l’estomac2. Donc, il vaut mieux ne pas faire du hot-dog un repas qui revient régulièrement dans notre menu.

En bref…

D’une manière ou d’une autre, les saucisses sont assurément riches en mauvais gras et en sel et contiennent généralement peu de protéines. Ça ne vous bouchera pas un coin bien longtemps! Je ne crois pas que je surprenne qui que ce soit en vous disant ça. Si vous êtes habitués de me lire, vous savez que je dis toujours qu’il n’y a pas d’interdits en alimentation. C’est aussi vrai pour la saucisse! Par contre, puisqu’on sait que c’est un aliment cancérigène, j’ai tendance à être un peu plus sévère et de vous recommander d’y aller vraiment avec modération. L’été, en camping, c’est tellement facile à préparer qu’on a parfois tendance à en abuser un peu trop. L’option hamburger est déjà une meilleure idée…pas l’idéal, mais mieux! Sinon, se faire des sandwichs, ce n’est pas plus difficile! N’oubliez pas le plus important : peu importe ce que vous choisissez comme repas, en camping comme à la maison, ajoutez-y des légumes! Ça n’enlèvera pas les moins bons nutriments si jamais vous optez pour un repas moins santé, mais ça en ajoutera assurément des bons! 👍

  1. Agence canadienne d’inspection des aliments. | En ligne | : http://www.inspection.gc.ca/aliments/directives-archivees-sur-les-aliments/produits-de-viande-et-de-volaille/manuel-des-methodes/chapitre-4/fra/1367622697439/1367622787568?chap=5
  2. Organisation mondiale de la santé. | En ligne | : https://www.who.int/features/qa/cancer-red-meat/fr/
Suivez-nous! Partagez l'article avec vos amis sur Facebook!